31 Mai 2005- 31 Mai 2018... Treize ans... 

Aujourd'hui s'arrête définitivement la magnifique aventure de ce blog. Sachant tous les plaisirs que m'a procuré cet espace, je suis gonflé d'émotion en écrivant ces quelques lignes... 

Treize années de photos, de si belles rencontres, d'émerveillements permanents devant tout ce que j'ai pu immortalisé de scènes, de spectacles, d'anonymes, d'artistes, d'instants suspendus...

Treize années à avoir croisé tant de gens si passionnants, dont certains sont devenus mes amis dans la vraie vie au fil du temps. 

Treize années à nourrir d'images et de mots ce support qui m'a apporté l'envie permanente de progresser, l'amitié mais aussi l'amour!

Et qui m'a offert aussi une certaine forme de notoriété car mon petit nom de photographe des rues a bien circulé et m'a amené de merveilleuses opportunités. 

Et puis Facebook et Instagram sont arrivés, d'abord furtivement puis se sont imposés par l'instantanéïté et l'interactivité que le blog ne permettait pas. En 2003, cela n'existait pas et les blogs furent un formidable moyen de montrer ses passions !

Je ne regrette absolument rien de ce que j'ai diffusé ici pendant tant d'années sur cette forme de média mais aujourd'hui, je sais qu'une page doit se tourner. 

Alors je dis un immense merci à toutes celles et ceux que j'ai pu rencontrer, admirer, aimer, avec un merci tout spécial à Géraldine (ma douce depuis 10 ans...), Tatiana, Pascal, Lydie, Henri, Cédric, Gérard, Brigitte et quelques autres.... Merci de m'avoir accompagné durant toutes ces années et de m'accompagner encore, merci de m'avoir aidé à améliorer mon oeil et ma technique, merci de m'avoir parfois aidé à voir ce que les yeux ne voient pas autour de soi... 

Je ne supprime pas ce blog, il va continuer à vivre sa vie dans l'immensité de la Toile... Je viendrais peut-être bientôt y refaire les albums photo. 

Vous pouvez continuer à me suivre sur les liens suivants: 

- sur Facebook (francis beddok), mon mur est public. 

- sur Instagram (fbeddok), le compte est public

- et sur mes plateformes Aminus3 (voir les liens à droite)

 

(je dédie tout spécialement ce billet à celle sans qui rien de tout cela ne serait arrivé, qui m'a poussé il y a 13 ans à ouvrir Paris-Emoi car elle aimait mes photos, Monique Neubourg. RIP Monique, que le dieu des chats veille éternellement sur toi...)